Pourquoi étudier des langues étrangères dans une formation scientifique ?

Les enseignements de langues vivantes de l’Université Toulouse 3 ont pour objectifs de contribuer à la formation intellectuelle et à l'insertion professionnelle des étudiants. En favorisant les projets de mobilité, en permettant aux étudiants d'être aptes à poursuivre des études ou des formations dans des pays des langues cibles enseignées, les enseignements de langues souhaitent contribuer à enrichir les possibilités de choix des étudiants.

Ces enseignements ont aussi pour but de permettre aux étudiants d’acquérir à la fois une maîtrise suffisante des bases linguistiques de la langue générale et de la langue de spécialité propre à leur filière, afin de pouvoir être opérationnels dans un environnement professionnel en langue vivante autre que leur langue maternelle, contribuant ainsi à leur insertion professionnelle et leur permettant d'accéder à davantage de postes intéressants.

L’étude d’une ou plusieurs langues permet par ailleurs de travailler des compétences transversales afin :

  • D’être capable de prendre la parole en public et d’interagir avec aisance avec ses interlocuteurs
  • De savoir expliquer un point de vue, convaincre et argumenter
  • D’appréhender pleinement l’interculturalité pour être à l’aise dans tous les environnements professionnels nécessitant de travailler avec des gens issus de cultures très variées.
Quelles sont les particularités de l’enseignement des langues à l’Université Toulouse 3 ?

Toutes les formations de l’université étant des formations scientifiques, les enseignements de langues s’adaptent à ce profil d’apprenants dits LANSAD.

L’enseignement LANSAD (LANgues pour Spécialistes d’Autres Disciplines) vise à préparer les étudiants à maîtriser une langue dans un contexte généraliste mais aussi scientifique et académique. Les étudiants sont ainsi familiarisés avec :

le lexique de spécialité

les genres et caractéristiques stylistiques appliqués à la communication écrite et orale

les caractéristiques de la communication interculturelle dans des situations professionnelles et académiques.

2°) Savoir s’exprimer à l’oral en langue étrangère est une compétence très recherchée dans de nombreux domaines scientifiques (conférences, collaborations dans des équipes internationales) et correspond également à un besoin dans la sphère privée (voyages, ouverture culturelle).

3°) Travailler l’expression orale en langues étrangères permet par ailleurs aux étudiants d’acquérir des compétences comportementales et transversales. (soft skills).


La conception des programmes dans le secteur LANSAD s’appuie sur le positionnement scientifique des laboratoires et groupes de recherche en langue de spécialité et en didactique des langues d’autres disciplines

Les programmes d’enseignement des langues mettent ainsi l’accent d’une part, sur la langue de spécialité (coloration scientifique dès le L1, spécialisation à partir du L3) et d’autre part sur les compétences générales de compréhension et d’expression, à l’oral et à l’écrit, tout au long du parcours.

Un effort particulier sera porté au travail de la compétence d’expression orale pour les raisons suivantes :

1°) Cette compétence a souvent été moins travaillée dans le secondaire ; c’est un des principaux points faibles des étudiants en arrivant à l’université.
2°) C'est la compétence la plus difficile à maitriser car lors d'une interaction orale, il faut mobiliser toutes les connaissances (vocabulaire, grammaire etc) et compétences immédiatement afin de réagir spontanément.

Quel est le niveau d’anglais ciblé en fin de cursus ?

L’objectif en termes de niveau est d’atteindre le niveau B2 du CECRL en fin de licence et le niveau C1 en fin de master.
(image depuis le ppt)